Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le livre d'heures de Dom Bosco
  • Le livre d'heures de Dom Bosco
  • : Commentaires au hasard des actualités, par un père et ses jeunes fils qui vont chercher l'info au lieu d'absorber passivement celle qu'on leur sert.
  • Contact

Recherche

Archives

21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 06:03

Joue_les_Tours.jpg

 

Ce samedi 20 décembre 2014 vers 14h, un homme passablement énervé s’est présenté au commissariat de police de Joué-lès-Tours, en Indre-et-Loire. Trois policiers ont tenté de l'approcher pour le calmer. En guise d’explication, l'homme a alors sorti un couteau qu'il avait caché dans son dos, s’est attaqué à un policier qu’il a blessé au niveau de la joue et de l'oreille, sans toucher la carotide, tout en criant « Allahou akbar ». Il a ensuite donné deux autres coups de couteau aux deux autres agents en service en continuant à crier le même slogan. Un adjoint de sécurité a sorti son arme et tiré à deux reprises sur l'homme, qui est mort sur le coup.
 
Les trois policiers ont été hospitalisés sans que leurs jours soient en danger.
 
Le parquet antiterroriste s'est immédiatement saisi de l'affaire. L'homme, né au Burundi en 1994, était défavorablement connu des services de police, mais pas de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI). Il n’avait que des antécédents judiciaires de délinquant. Son frère est connu de la DGSI, et a un temps envisagé de partir en Syrie avant de renoncer.
 
Son mode d’action relève cependant du terrorisme, et sa motivation à l’évidence islamiste renvoie à l’appel de l’État Islamique à s’en prendre aux représentants de la police et des forces de l’ordre sur le territoire des « pays mécréants » engagés contre ledit État Islamique en Irak.
 
La presse bien-pensante et boboïsante a d’abord fait dans le déni : « Allahou akbar » n’avait pas été prononcé, puis avait « apparemment » été prononcé « d'après les policiers » mais « restait à vérifier » puisqu’ « aucun des témoins présents sur place ne l’a entendu » au milieu des cris et du bruit de l’attaque. Ce n’est que dans la soirée que les premiers journaux de la presse écrite et audiovisuelle ont commencé à revenir sur terre. Ils ne l'ont pas encore tous fait. Il faut dire qu'il n'y avait pas de quoi interrompre la retransmission de la soirée footballistique du samedi.
 


Partager cet article

Repost 0
Published by Dom Bosco - dans Actualité
commenter cet article

commentaires