Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le livre d'heures de Dom Bosco
  • Le livre d'heures de Dom Bosco
  • : Commentaires au hasard des actualités, par un père et ses jeunes fils qui vont chercher l'info au lieu d'absorber passivement celle qu'on leur sert.
  • Contact

Recherche

Archives

18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 03:22

Hugjiltu.jpg

 

La Chine a reconnu le lundi 15 décembre 2014 avoir exécuté en 1996 un jeune Mongol de 18 ans pour un crime qu’il n’avait pas commis.
 
L’adolescent d’ethnie mongole, nommé Hugjiltu (photo), avait été condamné à la peine capitale pour un viol suivi d’un meurtre, dans sa région de Mongolie Intérieure, et exécuté dans la foulée. Ce n’est qu’en 2005 qu’un autre homme avait reconnu le crime.
 
Les faits et preuves ayant motivé le verdict du procès « étaient insuffisants et pas assez déterminants », a déclaré la Haute Cour populaire de la ville de Hohhot, dans un nouveau jugement rendu public lundi. Les aveux passés à l’époque par l’accusé « sont incompatibles avec le rapport d’autopsie » de la victime, a ajouté la cour dans un communiqué officiel qui annonce finalement : « Hugjiltu est déclaré non coupable. » Belle phrase en vérité, 18 ans après l'avoir tué.
 
Il aura fallu neuf ans à la justice chinoise pour annuler le procès de 1996, après les aveux du véritable criminel. Et ces aveux n'étaient même pas indispensables, compte tenu de ce que la Haute Cour a finalement reconnu.
 
Les réseaux sociaux chinois ont diffusé lundi des images montrant le vice-président du tribunal présentant des excuses aux parents du jeune homme, leur offrant une somme de 30 000 yuans (3 870 €) en compensation (photo du haut). Ces excuses n’ont pas été confirmées par la presse officielle, voix d'un Parti qui craint toujours pour son avenir.
 
Le système judiciaire chinois est souvent critiqué pour ses jugements et procédures arbitraires. Soumis à l’autorité sans contre-pouvoir du Parti Communiste, il est miné par les abus, les aveux extorqués et la quasi-absence de droits de la défense. Les erreurs judiciaires y sont fréquentes, y compris pour des peines de mort. Il est de notoriété publique que c'est une justice de classe, qui protège les cadres du Parti en tuant au besoin des innocents, et qui bâcle les enquêtes quand elles ne concernent pas le Parti. Il est très rare que la justice chinoise accepte de revenir sur une condamnation. Comme le Parti Communiste Chinois, elle est censée être infaillible es fonction.

 

Plus personne ne le croit, même en Chine. Et surtout pas au sein du Parti.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Dom Bosco - dans Droits de l'homme
commenter cet article

commentaires