Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le livre d'heures de Dom Bosco
  • Le livre d'heures de Dom Bosco
  • : Commentaires au hasard des actualités, par un père et ses jeunes fils qui vont chercher l'info au lieu d'absorber passivement celle qu'on leur sert.
  • Contact

Recherche

Archives

17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 05:00

100_roubles.jpg

 

La banque centrale de Russie se démène et dépense sans compter (ou presque) depuis quelques semaines pour essayer de maintenir le Rouble, qui s’est fortement déprécié depuis le début de la guerre en Ukraine.
 
Les deux principales raisons de la chute du Rouble sont la baisse des prix des produits pétroliers (dont la Russie tire une part substantielle de ses revenus) et les sanctions internationales imposées par l’Occident suite à l’ingérence russe en Ukraine.
 
Bilan : depuis le début de l’année 2014, le Rouble a perdu 55% de sa valeur face au Dollar, dont 10% dans la seule journée du 15 décembre.
 
La Banque de Russie n’a pas réussi à enrayer le mouvement baissier, malgré des achats massifs de Roubles sur les marchés (70 milliards de Dollars dépensés depuis le début de l’année) et plusieurs augmentations de ses taux d’intérêt (8% en septembre, 9,5% en octobre, 10,5% le 11 décembre et 17% le 15 décembre).
 
Les Russes considèrent qu’un taux de 60 Roubles pour un Dollar est la limite à ne pas dépasser. Le 15 décembre en début de séance, ce taux a été atteint, ce qui amené la Banque de Russie à pousser ses taux à 17% pour soutenir sa monnaie nationale.
 
La Banque Mondiale a mis en garde la Russie : en 2015, son économie pourrait subir une récession d’au moins 0,7% si les prix du pétrole ne se redressent pas. Or ils ne semblent pas pouvoir le faire, le pétrole des gaz de schiste américains maintenant les prix à un bas niveau. Le baril de brut West Texas se vend à 56$, celui de brut de Mer du Nord aux alentours de 60$ : depuis juin, leurs prix ont baissé de près de 50%.
 
Reste l’arme des taux d’intérêt : elle n’est pas sans risque, puisqu’un taux fort dissuade les investisseurs de faire des emprunts et, partant, elle fait planer un risque de ralentissement de l’économie.
 
Une autre voie de sortie serait de faire lever les sanctions économiques imposées par l’Occident. Pour l’instant, on ne voit pas le Kremlin faire un pas dans cette direction, mais pour combien de temps ?
 


Partager cet article

Repost 0
Published by Dom Bosco - dans Actualité
commenter cet article

commentaires