Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le livre d'heures de Dom Bosco
  • Le livre d'heures de Dom Bosco
  • : Commentaires au hasard des actualités, par un père et ses jeunes fils qui vont chercher l'info au lieu d'absorber passivement celle qu'on leur sert.
  • Contact

Recherche

Archives

14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 06:14

UMG.jpg

 

Le 26 novembre 2014, les deux chaînes de radio Radio Free Chosun (RFC, dont le nom signifie Radio Libre de Corée) et Open-radio for North Korea (ONK, radio libre pour la Corée du Nord), qui émettent toutes les deux en ondes courtes, et le site internet d’informations Daily NK se sont associés pour former un nouveau consortium, baptisé Unification Media Group (UMG, groupe de médias pour l’unification). Ce groupe vise ni plus ni moins à diffuser des émissions dans les deux Corées en préparation de leur réunification prochaine. Il utilise les infrastructures et les émetteurs de la radio nationale sud-coréenne.
 
Comme on pouvait s’y attendre, les premières émissions d’UMG n’ont pas du tout été appréciées par la Corée du Nord, qui a déchaîné à leur encontre des torrents de logorrhée rhétorique digne des grands jours de la Guerre Froide.
 
Le mercredi 10 décembre, le quotidien Rodong Sinmun (journal d’état, faut-il le rappeler) titrait délicatement « Nous anéantirons les basse-fosses des élucubrations » un article dans lequel on pouvait lire : « Tandis que la Corée du Sud est à l’avant-garde des résolutions manipulées sur les Droits de l’Homme à l’ONU, elle fait aussi un grand tapage dans son propre pays avec son opération UMG. » Et, un peu plus loin : « Nous anéantirons sans laisser de trace l’origine de tous les maux, Cheong Wa Dae [siège de la présidence sud-coréenne, NDR] ainsi que toutes les basse-fosses pleines de conspirations et d’élucubrations antirépublicaines » (la république étant censée être, pour Pyongyang, la République Démocratique Populaire de Corée).
 
La veille, le même Rodong Sinmun avait qualifié UMG de « spectacle de provocation mené par des clowns antirépublicains ».
 
Et le dimanche 7 décembre, le site de propagande Uriminzokkiri avait finement analysé que « l’existence manipulatrice d’UMG fait partie d’un schéma d’ensemble visant à étendre la guerre psychologique en Corée du Nord. » La Corée du Sud, « vassale des USA, mène ce complot antirépublicain au sujet des Droits de l’Homme afin de réaliser un plan atroce. Ce faisant, elle pousse les relations Nord-Sud à leur destruction et au bord d’une guerre », peut-on lire sur le site. « Sans aucune pitié et à l’aide du feu de la vengeance », le Nord menace « d’anéantir ces fantoches dans leur base même, là où tous les acteurs de cette guerre psychologique ont dressé ce plan. »
 
Pour faire bonne mesure, Uriminzokkiri explique ensuite que « tout le monde, qu’il fasse partie des conservateurs au pouvoir ou non, devra recevoir une sévère punition s’il se livre à des provocations envers notre dignité et notre système, ou s’il s’adonne de manière insensée à ce racket antirépublicain sur les Droits de l’Homme. »
 
Pyongyang n’a que ces mots de dignité et de système à la bouche depuis qu’UMG a commencé à émettre. Il faut dire que les ondes radio sont plus difficiles à abattre que les ballons porteurs de tracts de propagande, que les mitrailleuses antiaériennes de 14,5mm peuvent abattre à la frontière.
 
Il y a fort à parier que le régime se drapera dans la dignité de son système républicain pour refuser de participer aux prochains pourparlers intercoréens. Mais pendant ce temps, son peuple peut écouter UMG et mesurer le gouffre qui sépare la réalité de la propagande nord-coréenne.
 
UMG s’est donné comme objectif d’atteindre un million d’auditeurs en Corée du Nord (sur une population de 25 millions).
 


Partager cet article

Repost 0
Published by Dom Bosco - dans Actualité
commenter cet article

commentaires