Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le livre d'heures de Dom Bosco
  • Le livre d'heures de Dom Bosco
  • : Commentaires au hasard des actualités, par un père et ses jeunes fils qui vont chercher l'info au lieu d'absorber passivement celle qu'on leur sert.
  • Contact

Recherche

Archives

16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 01:06

Ushio.jpg

 

Au Japon, les ruines d’un laboratoire de l’ancienne Marine Impériale qui avait servi à étudier des armes à micro-ondes vers la fin de la Guerre du Pacifique vont finalement être démolies en janvier 2015, malgré les velléités de certains habitants du coin d’en faire un mémorial.
 
Ce laboratoire de recherche, qui relevait du 2e Corps de la Marine, était initialement situé au centre-ville de Shimada, dans la préfecture de Shizuoka. Il servait à mettre au point des armes fonctionnant avec des ondes radioélectriques. Le prix Nobel de physique Shinichiro Tomonaga (1906-1979) y avait travaillé.
 
En 1945, le laboratoire a été déménagé sur les contreforts du mont Ushio, sur le bord de la rivière Ōi. Les chercheurs y étudiaient la faisabilité d’une arme à micro-ondes : un magnetron (tube à vide capable de produire des émissions radar très brèves et très intenses) devait servir à abattre les bombardiers américains en vol. L’idée ne déboucha sur rien. L’arme ne parvint même pas à tuer un poulet pris comme cobaye…
 
Le laboratoire a été démonté après la guerre. Il n’en est resté que les fondations de 32m x 17m de la station électrique (photo), et un impressionnant miroir parabolique de 10m de diamètre qui devait être pointé sur les bombardiers.
 
Pour le professeur Yutaka Kawamura, du Collège National de Technologie de Tōkyō, le fait que les militaires aient cherché à mettre au point des armes aussi exotiques (pour l’époque) montre qu’ils avaient perdu tout espoir de gagner la guerre par des moyens conventionnels. Il y voit matière à réflexion entre la science et la guerre.
 
Mais le ministère de l’Aménagement du Territoire, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme a commencé en 2012 à aménager les berges de la rivière Ōi pour éviter les risques d’inondation. À l’occasion de ces travaux, trois cents débris du laboratoire, dont des isolateurs en céramique, ont été déterrés.
 
Un historien local, Toshiyuki Usui, a alors lancé une pétition pour demander que les restes du laboratoire soient préservés. Quelque 3163 personnes l’ont signée.
 
Cela n’a pas suffi : les travaux vont se poursuivre, et les ruines du laboratoire vont céder la place à une digue. Les travaux sont prévus s’achever en 2019.
 


Partager cet article

Repost 0
Published by Dom Bosco - dans Insolite
commenter cet article

commentaires