Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le livre d'heures de Dom Bosco
  • Le livre d'heures de Dom Bosco
  • : Commentaires au hasard des actualités, par un père et ses jeunes fils qui vont chercher l'info au lieu d'absorber passivement celle qu'on leur sert.
  • Contact

Recherche

Archives

23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 06:48

Ling_Jihua.jpg

 

Le président chinois Xi Jinping poursuit son opération de mainmise sur l’appareil du Parti Communiste Chinois. Le soir du lundi 22 décembre 2014, l’agence de presse Xinhua a annoncé que Ling Jihua, principal collaborateur de l’ancien président Hu Jintao, faisait l’objet d’une enquête pour violation des règles du Parti.
 
Il y a deux ans, Ling Jihua avait déjà plus ou moins tombé en disgrâce pour avoir apparemment tenté d’étouffer la mort de son fils, tué en conduisant sa Ferrari en excès de vitesse (dans un pays officiellement communiste où les cadres du Parti se piquent de leurs origines populaires…).
 
La mise en cause de ses deux frères en 2014 était un signe avant-coureur de sa prochaine mise en examen dans le cadre de la campagne anti-corruption que Xi Jinping a lancée pour restaurer l’autorité du Parti… et son emprise sur le Parti, tant il est patent que les accusés appartiennent tous aux factions opposées à celle dont il est le chef.
 
Xi Jinping a déjà fait tomber Bo Xilai, membre du bureau politique en pleine ascension, et Zhou Yongkang, membre du Comité Central du Bureau Politique, encore plus puissant que Bo Xilai.
 
Ling Jihua avait été chef du bureau général du Parti Communiste, ce qui lui permettait de faire la pluie et le beau temps en termes de nominations des cadres.
 
Son nom a été jeté en pâture à la presse en 2012 quand son fils s’est tué en écrasant sa Ferrari contre un mur à Pékin en compagnie de deux jeunes femmes passablement dénudées. L’affaire était parue dans la presse hongkongaise quelques mois plus tard, et Ling Jihua a été accusé d’avoir cherché à étouffer le scandale.
 
À l’époque, on le disait bien placé pour obtenir un siège au Bureau Politique du Parti, qui décide de tout en Chine. Mais le scandale de la Ferrari l’a fait nommer à la tête du Ministère du Front Unifié du Travail, voie de garage qui lui a fait renoncer à ses hautes ambitions politiques.
 
Et maintenant, le voici objet d’une enquête pour violation de la discipline du Parti. Pour Xi Jinping, on n’en fait jamais trop pour discréditer et abattre les factions adverses. Xinhua devrait annoncer dans quelques semaines qu'il a été démis de toutes ses fonctions.
 


Repost 0
Published by Dom Bosco - dans Actualité
commenter cet article
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 01:14

gibet_Pakistan.jpg

 

Le Pakistan prévoit d'exécuter pas moins de cinq cents condamnés à mort ces prochaines semaines, a annoncé ce lundi 22 décembre le ministère de l'Intérieur.
 
Au lendemain du massacre à Peshawar de 149 personnes, dont 133 écoliers, par un commando taliban, Islamabad avait annoncé la reprise des exécutions, suspendues depuis 2008 pour les civils condamnés par des tribunaux anti-terroristes.
 
Six ont déjà été exécutés depuis, avec l'apparente approbation d'une large partie de l'opinion publique pour qui le seul bon taliban est le taliban mort. Pour arriver à cinq cents, les exécutions vont se multiplier dans les prochaines semaines.
 
Le ministère a finalisé la liste des 500 condamnés qui ont épuisé tous les recours possibles. Leurs demandes de grâce ont été rejetées par le président et ils seront exécutés dans les prochaines semaines. Parallèlement, le gouvernement a ordonné au procureur général d'accélérer les dossiers de peines capitales actuellement devant les tribunaux.
 
La justice a toutefois suspendu lundi, à la veille de leurs pendaisons, les exécutions de deux hommes condamnés en 2004 pour avoir tué un médecin à Karachi. Tous leurs appels n'étaient pas épuisés, a expliqué un des avocats de la défense, Abdul Razaq.
 
Les six condamnés pendus depuis vendredi avaient tous été jugés pour des attaques contre l'armée: cinq pour une tentative d'assassinat ratée contre en 2003 contre celui qui dirigeait alors le pays, le général Pervez Musharraf, et le dernier pour un assaut taliban contre le quartier général de l'armée en 2009.
 
Après l'annonce de la reprise des exécutions, les autorités ont placé le pays en alerte et déployé des forces de sécurité supplémentaires, notamment autour des aéroports et des prisons, plusieurs fois attaquées ces dernières années par les rebelles qui ont ainsi pu libérer des centaines de leurs frères d'armes.
 
Parallèlement, les forces armées ont entrepris plusieurs actions de terrain contre des groupes talibans, les tuant par dizaines dans des embuscades, des assauts en règle ou des bombardements aériens. Pendant ce temps, lesdits talibans n’ont pas le loisir de s’intéresser aux prisons. Prisons où leurs semblables sont ou vont être pendus par centaines.
 
Près de 8 000 condamnés à mort attendent aujourd'hui dans les prisons au Pakistan, pays de 200 millions d'habitants. Ils ne seront bientôt plus que 7 500. Les prisons pakistanaises sont équipées de gibets à plusieurs places (photo) permettant d’abattre la besogne assez rapidement.
  


Repost 0
Published by Dom Bosco - dans Actualité
commenter cet article
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 16:10

Fukushima_piscine4.JPG

 

Le samedi 20 décembre 2014, TEPCO a achevé d’enlever les quatre derniers barreaux de combustible irradié qui restaient dans la piscine du réacteur n°4 de Fukushima, piscine où ils avaient été entreposés avant la catastrophe de mars 2011.
 
Ce réacteur n°4 était à l’arrêt au moment de l’accident mais ses structures en béton (dont la piscine de stockage) ont été sérieusement endommagées par une explosion d’hydrogène survenue quatre jours plus tard.
 
L’enlèvement de ces derniers barreaux réduit considérablement le risque de voir la centrale accidentée larguer d’importantes quantités de matières radioactives à l’avenir.
 
Le samedi 20 décembre, TEPCO a autorisé quelques journalistes à assister aux dernières manœuvres.
 
Les barreaux vont rejoindre dans quelques jours les autres dans la piscine du réacteur n°6, qui n’a pratiquement pas été endommagé lors de l’accident. Ce petit délai est nécessaire à la décontamination de l’extérieur de l’enceinte de confinement dans laquelle ils ont été enfermés au fond de la piscine du réacteur n°4 avant d’être enlevés.
 
Contrairement à ce qu’a annoncé l’inénarrable Frédéric Charles, correspondant de France Info au Japon, les barreaux n’ont pas été enlevés à la main (ce qui aurait été débile) mais à l’aide d’un pont roulant télécommandé qui a soulevé l’enceinte hors de l’eau à l’aide d’élingues (photo).
 
Initialement, la piscine du réacteur n°4 contenait 1535 barreaux de combustible : 204 n’avaient jamais servi et n’étaient donc que modérément actifs, et 1331 étaient des barreaux usagés, bien plus dangereux.
 
Les travaux vont maintenant s’arrêter provisoirement sur le réacteur n°4. TEPCO va faire porter ses efforts sur les réacteurs n°1, 2 et 3, où l’entreprise va devoir s’atteler au problème du retraitement et à l’élimination des énormes quantités d’eau utilisées pour refroidir les réacteurs et qui se trouvent maintenant contaminées.
 




Repost 0
Published by Dom Bosco - dans Actualité
commenter cet article