Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le livre d'heures de Dom Bosco
  • Le livre d'heures de Dom Bosco
  • : Commentaires au hasard des actualités, par un père et ses jeunes fils qui vont chercher l'info au lieu d'absorber passivement celle qu'on leur sert.
  • Contact

Recherche

Archives

15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 05:59

Courbillac.jpg

 

Ce samedi 13 décembre, vers 15h30, une jeune femme de 20 ans rouait sur une petite route de campagne, entre Courbillac et Mareuil, près de Rouillac en Charente. Sa fille de 2 ans et demi était assise à l'arrière dans son petit siège.
 
Soudain, sa voiture a percuté un chien qui traversait la chaussée. La jeune maman s’est alors arrêtée, est sortie du véhicule et s’est avancée vers le chien.
 
C’est alors qu’elle a essuyé un tir de chevrotines. Une volée de plomb s’est abattue sur la voiture, sans blesser la petite fille assise à l’arrière. Effrayée et choquée, la dame a pris la fuite en abandonnant le chien à son sort.
 
Elle s’est rendue à Jarnac et a déposé plainte à la gendarmerie, puis est allée consulter un médecin. Elle venait en effet de s’apercevoir qu’elle était légèrement blessée à la main droite, sur une phalange, ce qu’elle n’avait pas réalisé dans sa fuite. Le doigt saignait mais aucun plomb n'y est retrouvé. Rien n'indique formellement que le coup de feu soit à l'origine de la blessure, mais rien ne l'exclut non plus.
 
L'auteur du tir est le propriétaire du chien : un chasseur de 26 ans, qui, très énervé, a agi sous le coup de la colère. Il se trouvait alors à une centaine de mètres du véhicule.
 
Ce dimanche, il a été interpellé par les gendarmes de Cognac, qui ont mené une minutieuse enquête auprès des cliniques vétérinaires. Placé en garde à vue, il a expliqué avoir tiré craignant que l'automobiliste allait « se barrer ». Il va être déféré ce lundi matin devant le parquet d’Angoulême.
 
On frémit devant tant d’empathie pour la gent humaine.
 


Repost 0
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 01:12

Vielle_2AI.jpg

 

Le matin du jeudi 4 décembre 2014, un chasseur de 67 ans était à l’affût de petit gibier à la lisière de la forêt, près de Vielle-Saint-Girons dans le département des Landes.
 
Tout à coup, il a vu un sanglier sortir du bois. Ni une, ni deux, notre Tartarin a changé ses petits plombs pour des balles au gros et a fait donner son artillerie entre le bois et les premières habitations.
 
Quelques fractions de seconde plus tard, les employés de l’entreprise Atlantique Automatisme Incendie (2AI) du quartier Delès au sud-ouest du village ont eu le plaisir de voir une balle venir se ficher dans une des vitres de leur établissement.
 
Aucun blessé n’est à déplorer, mais la gendarmerie a ouvert une enquête, assistée comme d’habitude par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage.
 
La balle aurait ricoché sur une souche d’arbre.
 
L'enquête devra l'établir. Si c’est vrai et si les règles de sécurité ont été respectées, l’incident confirme une fois de plus que ces règles sont inadaptées à la chasse au gros, notamment à proximité des habitations. Mais pas uniquement, comme le prouvent de nombreux articles de cette rubrique.
 


Repost 0
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 05:55

Arengosse

Le 3 novembre 2012, lors d'une battue au sanglier, Gaston Dayon, chasseur de 87 ans, tuait accidentellement un de ses collègues en lui tirant dessus à Arengosse.
 
Il chassait sans ses lunettes et sans ses prothèses auditives.
 
Passé en jugement le 22 octobre dernier, il attendait depuis les conclusions du délibéré. La sentence a été rendue ce mardi 2 décembre 2014 : il a été reconnu coupable d’homicide involontaire et condamné à un an d’emprisonnement avec sursis. Son permis de chasse (qui datait de 1958) lui est retiré avec interdiction de le repasser pendant cinq ans. Il devra en outre verser 1€ symbolique de dommages et intérêts à la fédération des chasseurs des Landes qui s'était portée partie civile, et 700 € au titre de ses frais d'avocat.
 
Il encourrait une peine maximale de 3 ans de prison et de 45.000 euros d'amende.
 
Son fusil lui a toutefois été restitué.
 
Depuis janvier, il y a eu deux accidents mortels dans les Landes à Gouts et à Arsagues lors de battues. Deux chasseurs âgés de 62 et 67 ans, condamnés respectivement à un an et 6 mois de prison ferme, sans que leur état de santé soit en cause.
 
Jusqu'ici, aucun Ministre, aucun Parlementaire n'a proposé d'instaurer un examen médical obligatoire passé un certain âge pour pouvoir chasser. Mais Jean-Louis Carrère, sénateur des Landes, n'est pas contre. Gageons que l’idée n’aboutira jamais.
 




Repost 0