Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le livre d'heures de Dom Bosco
  • Le livre d'heures de Dom Bosco
  • : Commentaires au hasard des actualités, par un père et ses jeunes fils qui vont chercher l'info au lieu d'absorber passivement celle qu'on leur sert.
  • Contact

Recherche

Archives

20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 01:44

Utoya_nounours.jpg

 

En Norvège, une équipe de réalisateurs de cinéma et de journalistes va commencer à travailler sur une série télévisée qui retracera les attaques terroristes d’Anders Behring Breivik sur des bâtiments administratifs d’Oslo et sur l’île d’Utøya qui avaient fait 69 morts le 22 juillet 2011.
 
Ils sont quatre : deux réalisateurs (Sara Johnsen et Pål Sletaune) et deux journalistes. Ils ont commencé à écrire le script de la série.
 
Pål Sletaune a expliqué au quotidien Aftenposten : « Nous travaillons sur un projet dont l’attaque du 22 juillet est un des éléments. Le but de la série est de dresser un portrait de la Norvège vue à travers le prisme de ces événements. »
 
Outre Sara Johnsen qui se trouve être son épouse, Pål Sletaune s’est adjoint les services d’Ola Henmo  et de Kjetil Østli, deux anciens journalistes de l’Aftenposten.
 
Le concept de la série est de décortiquer les réactions qu’ont eues les Norvégiens après l’attaque de Breivik. Elle ne s’attardera ni sur la reconstitution des préparatifs et de l’attaque elle-même, ni sur la personne d’Anders Behring Breivik. « L’action se déroule dans les différents secteurs concernés de la société, tels que des hôpitaux, des services de police et des médias », enchaîne Pål Sletaune.
 
Pål Sletaune et Sara Johnsen se sont révélés au grand public en 1997, le premier pour son film « Budbringeren » (le Messager) et la seconde pour « Upperdog ».
 
Leur projet de série n’en est encore qu’à ses débuts. Ni les acteurs ni les dates de diffusion ne sont encore connus. Le chef des programmes cinématographiques de la télévision NRK, Ivar Køhn, pense que la série pourrait être diffusée dans quatre ou cinq ans.
 
On ne sait pas si Anders Behring Breivik la regardera depuis sa cellule.
 


Repost 0
Published by Dom Bosco - dans Télévision
commenter cet article
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 04:06

du_mouton_au_tricot.jpg
 
En Norvège, la tentative télévisuelle de battre le record de tricotage, dans le cadre de l’émission « Du mouton au sweater », a échoué : les candidats ont mis deux fois plus de temps que le précédent record.
 
À 08h35 le samedi 2 novembre 2013, après huit heures et trente-trois minutes de tonte, filage et tricotage non-stop, l’équipe de neuf finalistes a présenté le fruit de ses efforts. L’équipe australienne détentrice du record précédent n’avait mis que quatre heures et cinquante et une minutes.
 
Lise May Spissoy, productrice du programme télévisé, explique ce naufrage par le fait que la laine des moutons est très lourde et très chargée de suif en cette saison.
 
La Soirée Mondiale du Tricotage, couverte par des médias du monde entier, a commencé le soir du vendredi 1er novembre. Prévue durer quatre heures, elle a commencé par l’entrée sur le plateau d’un mouton blanc de Norvège nommé Guri, qui a été prestement tondu dès le démarrage du chronomètre et malgré le froid de canard qui règne sûrement dans sa bergerie.
 
L’équipe a alors filé sa laine et en a fait un tricot traditionnel norvégien (photo). Mais l’exploit n’a pas été au rendez-vous.
 
« Du mouton au sweater » n’est pas le premier bide de cette émission de reportages de la télévision norvégienne NRK – émission dont le thème est le « reportage lent » c’est-à-dire la retransmission en direct d’évènements dont la longueur ne répond pas aux exigences draconiennes des émissions télévisées formatées et chronométrées.
 
En 2009, une caméra avait ansi été installée sur le toit d’un train et avait diffusé en direct les sept heures de son trajet entre les gares de Bergen et d’Oslo.
 
Parmi les autres thèmes abordés, on compte la traversée d’un ferry et, l’an dernier, la patiente édification d’un bûcher ensuite réduit en cendres devant la caméra – des sujets qui passionnent les foules, assurément.
 
Rune Møklebust, directrice des programmes de la NRK, attend les chiffres de l’audimat atteints par cette émission. Contrairement à l’équipe de tricoteurs, ils devraient battre des records.
 
Rappelons que chaque foyer norvégien équipé d’un poste de télévision s’acquitte annuellement d’une redevance de 2477,52 Couronnes (soit environ 308€), TVA incluse, dont l’intégralité des recettes est versée à la NRK (sigle de la Norsk rikskringkasting qui est le plus important groupe audiovisuel de Norvège).
 
Celui qui se laisse le plus facilement tondre la laine sur le dos n'est pas forcément l'infortuné Guri dans cette histoire.
 

Repost 0
Published by Dom Bosco - dans Télévision
commenter cet article
13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 02:54

Jeselnik.jpg
 

Un présentateur américain a reçu des menaces de mort (entre autres) après s’être moqué d’une attaque de requin qui a eu lieu en début d’année près d’Auckland en Nouvelle-Zélande.
 
C’est au cours d’un numéro de son émission The Jeselnik Offensive, diffusée sur Comedy Central, qu’Anthony Jeselnik avait organisé une « danse du requin » pour « rendre grâce » de la mort d’Adam Strange, tué par un requin devant la plage de Muriwai le 27 février 2013.
 
Invité du débat télévisé (ou du talk-show si vous préférez) Conan ce jeudi 8 août 2013, ledit Anthony Jeselnik a raconté pourquoi il avait joué ce sketch d’un goût douteux (sans jeu de mot) et la cascade d’indignation qui a suivi.
 
« Trente personnes meurent chaque année attaquées par des requins, mais 100 millions de requins sont tués par l’homme chaque année », a-t-il benoîtement expliqué au commentateur Conan O’Brien. « Dans mon émission, je pensais que ce serait amusant, et ça l’a été, de faire une danse du requin quand un type se fait tuer par un requin, et de faire monter des danseurs sur le plateau. »
 
Selon lui, les réactions du public américain ont été positives, mais celles des Néo-Zélandais ont été « furieuses ».
 
« Sur Internet, on a proféré des menaces de mort à mon égard, puis quelqu’un a publié sur la Toile l’adresse et le numéro de téléphone de mon père et de ma mère, ce qui était vraiment dur. »
 
« J’ai dû leur faire changer de numéro de téléphone et j’ai dû appeler le commissariat de police pour leur dire de protéger mon père et ma mère. »
 
Lors de son émission, diffusée peu après le drame de Muriwai, Anthony Jeselnik avait entamé un pas de dance avec une femme grimée en requin devant un portrait d’Adam Strange, affiché sur les écrans derrière lui.
 
La danseuse qui tenait le rôle du requin n’a apparemment pas été inquiétée. Il faut dire que son identité n’a pas été révélée.
 
Finesse, quand tu nous tiens…

 


Repost 0
Published by Dom Bosco - dans Télévision
commenter cet article